Albioma est un producteur d’énergie renouvelable engagé dans la transition énergétique.

En savoir plus

Le saviez-vous ?

606

Collaborateurs mettent, chaque jour, leurs compétences au service du Groupe

En savoir plus

Albioma produit de l'électricité grâce à trois sources d'énergie renouvelable : la biomasse, le solaire et la géothermie.

Découvrez nos énergies

Le saviez-vous ?

Valoriser ses toits permet de lutter contre le rayonnement solaire tout en produisant de l’énergie renouvelable

En savoir plus

Coté sur le marché réglementé de NYSE Euronext à Paris (compartiment A) et intégré aux indices SBF 120 et CAC Mid 60 depuis juin 2020, Albioma s’engage à mettre à la disposition de la communauté financière une information régulière, transparente et accessible. Albioma est également éligible au label « Relance ».

Espace actionnaires

Fort de son expérience dans la valorisation énergétique de la bagasse, Albioma est devenu le partenaire privilégié des industriels du sucre pour produire de l’énergie renouvelable dans les territoires déconnectés des réseaux continentaux.

15

centrales

thermiques

2,2

MT

de résidus de biomasse valorisés/an

3 465

GWh

Production d’électricité de l’ensemble de nos installations thermiques

138

KWh

Énergie électrique exportée sur le réseau à partir d’une tonne de canne à sucre

Produire de l'électricité et de la chaleur à partir de la bagasse

L’alimentation des centrales en bagasse, en échange de l’approvisionnement des sucreries en vapeur et en électricité, est un modèle pérenne qui constitue pour ces industriels un facteur décisif de compétitivité. De même, la performance énergétique de ses centrales permet à Albioma de valoriser sa production électrique auprès des distributeurs d’électricité et de les aider à faire face à la hausse de la consommation.

En France et à l’Île Maurice, pendant la campagne sucrière qui dure de quatre à six mois, les centrales fonctionnent en cogénération avec la bagasse comme principal combustible. Pendant l’inter-campagne, elles fonctionnent en condensation comme des centrales thermiques classiques, à partir de charbon. Son utilisation en combustion hydride permet la fourniture d’une énergie compétitive toute l’année, dans le respect des normes européennes et françaises applicables aux rejets dans l’atmosphère.

Au Brésil, la durée des campagnes sucrières (9 à 10 mois) et la quantité de canne à sucre traitée par les sucreries permettent aux installations de cogénération du Groupe de fonctionner à partir de bagasse toute l’année (soit environ 11 mois sur 12, le dernier mois étant consacré à la maintenance annuelle).

Notre savoir-faire unique dans la combustion hybride et la cogénération nous permet de produire toute l’année une énergie compétitive, dans le respect des normes européennes applicables aux rejets dans l’atmosphère.

La conversion des centrales Albioma : une étape clé dans la transition énergétique des territoires ultramarins

En raison de l’urgence climatique, les énergies fossiles, dont le charbon, n’ont plus d’avenir.
Un consensus est établi sur l’ampleur de l’impact carbone des centrales fonctionnant au charbon dans le monde, et l’impérieuse nécessité de diminuer drastiquement les émissions de CO2 pour atteindre les objectifs du Plan Climat : logiquement, la conversion de nos centrales au 100 % biomasse s’impose.
La sortie du charbon s’effectuera progressivement, pour atteindre 90 % d’énergie renouvelable dans notre mix à horizon 2025, en valorisant de la biomasse durable et traçable.

S’agissant des emplois existants, la conversion à la biomasse promet une « transition douce ».
Au sein de nos centrales, nous changeons d’énergie, en utilisant exclusivement la biomasse, sans pour autant bouleverser le métier de nos collaborateurs : nous prenons l’engagement de
maintenir les emplois et les équipements, en veillant en particulier au respect par ces derniers des normes environnementales les plus strictes.

La conversion des centrales à la biomasse suscite des retombées économiques positives en Outre-mer.
Cette étape clé permet de répondre aux objectifs du mix énergétique des territoires d’Outre-mer et de dynamiser l’économie circulaire, en valorisant notamment des résidus et déchets verts, ou en développant des nouvelles filières.

La sortie du charbon s’effectuera progressivement, pour atteindre 90 % d’énergie renouvelable dans notre mix à horizon 2025, en valorisant de la biomasse durable et traçable.